Afficher l’article

Les pouvoirs cachés du microbiote intestinal

  • Vidéo
  • 7 min
  • Fichiers

Téléchargez nos fiches détaillées

  • NewDysbiosis of gut microbiota

Votre microbiote est bien plus grand que vous ne l’imaginez !

Le tractus gastro-intestinal humain est l’une des surfaces les plus étendues du corps humain, couvrant jusqu’à 400 m2.1 C’est l’équivalent de la taille de deux courts de tennis ! De plus, cette immense surface est la plus grande collection de micro-organismes que l’on puisse trouver dans tout le corps humain ! 1

L’intestin humain abrite près de 40 milliards de micro-organismes.
Cela représente environ 10 fois plus de cellules microbiennes que de cellules humaines ! 1

Les bactéries constituent la majeure partie des micro-organismes (plus de 1 000 espèces bactériennes sont présentes dans la population du microbiote intestinal, dont environ 60 espèces prédominantes)2,3, mais on trouve également des virus et des levures.4

Cette collection de micro-organismes est appelée microbiote.2

 

Un intestin sain est influencé par son microbiote

Le microbiote vit une relation mutuellement bénéfique avec l’intestin.1 Ces micro-organismes utiles se trouvent dans tout le tractus gastro-intestinal, mais la majorité se trouve dans le gros intestin.5 Ils sont peu nombreux dans l’estomac en raison de l’acide gastrique, de la bile et des sécrétions du pancréas.5

Cette collection diversifiée de micro-organismes contribue au fonctionnement normal de l’intestin par divers mécanismes, et il existe différents micro-organismes qui contribuent à différentes fonctions de l’organisme.1

Les fonctions du microbiote intestinal sont :

  1. La participation à la production d’énergie et de nutriments, notamment :
    • la fermentation de glucides/sucres pour produire des substances utilisées par les cellules intestinales comme source d’énergie ;6
    • la digestion de protéines ;6
    • la synthèse de vitamines comme la vitamine K et la vitamine B. 6

De plus, certains microbiotes fermentent même les glucides afin de fournir une source d’énergie à d’autres microbiotes bénéfiques dans l’intestin !6

 

  1. L’influence de la croissance et le renouvellement des cellules intestinales ;7
  2. La contribution au maintien d’une barrière de protection contre les pathogènes ;7
  3. La stimulation du système immunitaire.

En outre, la couche muqueuse de l’intestin permet au microbiote de se développer, et le microbiote fournit à son tour une barrière physique empêchant les micro-organismes nuisibles d’accéder aux cellules de l’intestin.7

 

Cette relation commence à la naissance et conduit à une collection unique et personnelle de micro-organismes, appelée microbiote

Le microbiote est introduit dans l’intestin à la naissance, du fait de l’exposition au microbiote de la mère.8 La composition du microbiote d’un nourrisson est également influencée par des facteurs tels que le mode de naissance (césarienne ou accouchement par voie basse), l’âge gestationnel (s’il est né à terme), l’allaitement ou l’alimentation au biberon, la maladie et l’exposition aux médicaments.8 La composition du microbiote fluctue au cours de ces premières années, mais atteint sa stabilité vers l’âge de 3 ans.8

Chez l’adulte, la composition du microbiote intestinal est bien établie et relativement stable.1,9 En fait, le microbiote de chaque personne est une collection très distincte et personnelle, et bien qu’il ait été démontré qu’il existe des espèces prédominantes communes à tous les individus, sa composition et sa diversité peuvent être influencées par une multitude de facteurs externes tout au long de la vie d’une personne.9

Le régime alimentaire est probablement le facteur externe le plus important pouvant influencer la composition du microbiote intestinal.1 Par exemple, on a constaté que les personnes suivant un régime alimentaire végétalien possèdent plus de micro-organismes participant à la fermentation des fibres végétales que les personnes qui mangent de la viande (qui possèdent un plus grand nombre de micro-organismes dégradant les protéines).10 L’endroit où vit une personne peut également déterminer l’espèce dominante de son microbiote.11 En effet, les régimes alimentaires et les modes de vie diffèrent d’une culture à l’autre, ce qui influence fortement la composition du microbiote.11

(Code interne : 20.28)

Le déséquilibre du microbiote influence de manière négative la santé de l’intestin

Bien que le monde qui nous entoure puisse avoir une influence positive sur notre microbiote, il peut également avoir un impact négatif.4 Par exemple, une mauvaise alimentation, la maladie et l’exposition à des médicaments tels que les antibiotiques peuvent altérer la population du microbiote12,4. Ces modifications drastiques du microbiote peuvent entraîner une réduction de sa diversité et de sa composition, ce qui peut avoir des conséquences négatives sur la santé.13 Ce déséquilibre de la diversité et de la composition est appelé dysbiose intestinale.13 Pour certains facteurs tels que les antibiotiques, les changements peuvent persister pendant longtemps.13

Il a été démontré que certains probiotiques rétablissent l’équilibre du microbiote en cas de perturbation.5,14 La prise de probiotiques est recommandée par de nombreuses sociétés de gastroentérologie pour contribuer à préserver la santé de l’intestin et l’équilibre du microbiote.5,15–18

 

Code interne : 20.40

    Références

    • 01 . Thursby E, Juge N. Introduction to the human gut microbiota. Biochemical Journal. 2017;474(11):1823-1836. doi:10.1042/BCJ20160510
    • 02 . Gilbert JA, Blaser MJ, Caporaso JG, Jansson JK, Lynch S V, Knight R. Current understanding of the human microbiome. Nature Medicine. 2018;24(4):392-400. doi:10.1038/nm.4517
    • 03 . Dore J, Tap J, Ehrlich D. Gut microbiota composition. In: Marteau P, Dore J, eds. Gut Microbiota: A Full-Fledged Organ. Paris: John Libbey Eurotext; 2017:13-23.
    En savoir plus Afficher moins
    • 04 . Lozupone CA, Stombaugh JI, Gordon JI, Jansson JK, Knight R. Diversity, stability and resilience of the human gut microbiota. Nature. 2012;489(7415):220-230. doi:10.1038/nature11550
    • 05 . Guarner F, Sanders M, Eliakim R, et al. Probiotics and prebiotics. World Gastroenterology Organisation Global Guidelines. 2017:1-35. https://www.worldgastroenterology.org/guidelines/global-guidelines/probiotics-and-prebiotics/probiotics-and-prebiotics-english.
    • 06 . Rowland I, Gibson G, Heinken A, et al. Gut microbiota functions: metabolism of nutrients and other food components. European Journal of Nutrition. 2018;57(1):0. doi:10.1007/s00394-017-1445-8
    • 07 . Tomas J, Sansonetti P. Host-microbiota dialog: interactions between the microbiota and the intestinal epithelium. In: Marteau P, Dore J, eds. Gut Microbiota: A Full-Fledged Organ. Paris: John Libbey Eurotext; 2017:55-64.
    • 08 . Butel M, Lepage P, Collignon A. Microbiota development: from the in utero period to the first few years of life. In: Marteau P, Dore J, eds. Gut Microbiota: A Full-Fledged Organ. Paris: John Libbey Eurotext; 2017:25-34.
    • 09 . Collignon A, Lepage P, Butel M. Gut microbiota evolution up to senescence. In: Marteau P, Dore J, eds. Gut Microbiota: A Full-Fledged Organ. Paris: John Libbey Eurotext; 2017:35-43.
    • 10 . David LA, Maurice CF, Carmody RN, et al. Diet Rapidly Alters the Human Gut Microbiota. Nature. 2014;505(7484):559-563. doi:10.1038/nature12820.Diet
    • 11 . Lepage P, Butel M, Collignon A. Factors modulating gut microbiota composition. In: Marteau P, Doré J, eds. Gut Microbiota: A Full-Fledged Organ. Paris: John Libbey Eurotext; 2017:45-53.
    • 12 . Rizkalla S, Dore J. Nutritional modulation of the gut microbiota. In: Marteau P, Dore J, eds. Gut Microbiota: A Full-Fledged Organ. Paris: John Libbey Eurotext; 2017:281-289.
    • 13 . Petersen C, Round JL. Defining dysbiosis and its influence on host immunity and disease. Cellular Microbiology. 2014;16(7):1024-1033. doi:10.1111/cmi.12308
    • 14 . Moré MI, Swidsinski A. Saccharomyces boulardii CNCM I-745 supports regeneration of the intestinal microbiota after diarrheic dysbiosis – A review. Clinical and Experimental Gastroenterology. 2015;8:237-255. doi:10.2147/CEG.S85574
    • 15 . Cruchet S, Furnes R, Maruy A, et al. The Use of Probiotics in Pediatric Gastroenterology: A Review of the Literature and Recommendations by Latin-American Experts. Pediatric Drugs. 2015;17(3):199-216. doi:10.1007/s40272-015-0124-6
    • 16 . Cameron D, Hock QS, Kadim M, et al. Probiotics for gastrointestinal disorders: Proposed Recommendations for children of the Asia-Pacific region. World Journal of Gastroenterology. 2017;23(45):7952-7964. doi:10.3748/wjg.v23.i45.7952
    • 17 . Malfertheiner P, Megraud F, O’Morain C, et al. Management of helicobacter pylori infection-the Maastricht V/Florence consensus report. Gut. 2017;66(1):6-30. doi:10.1136/gutjnl-2016-312288
    • 18 . Ghoshal UC, Gwee KA, Holtmann G, et al. The role of the microbiome and the use of probiotics in gastrointestinal disorders in adults in the Asia-Pacific region – background and recommendations of a regional consensus meeting. Journal of Gastroenterology and Hepatology (Australia). 2018;33(1):57-69. doi:10.1111/jgh.13840
    Vous êtes
    Pays
    Choisissez votre langue